De l’utilité de faire appel à un courtier en crédits professionnels dans une période de tension sur les conditions de la part des banques – Partie 1

Extrait de l’article de Les Echos Entrepreneurs du 24/09/2020 – Bruno Askenazi

« Le courtier monte le dossier de financement à partir des pièces fournis par l’entrepreneur, aidé dans certains cas de son expert-comptable. Grâce à un meilleur recul sur la situation, le travail d’analyse du courtier permet souvent de rendre les prévisionnels plus objectifs et d’aboutir à des dossiers réalistes et donc plus crédibles. En outre, l’intermédiaire dispose d’outils internes pour obtenir une présentation claire et complète du dossier. Un point très apprécié par les banques. A ce stade, le courtier est en première ligne et, en tant que mandataire de l’entreprise, échange seul avec les établissements sollicités.

« L’entrepreneur ne rencontre la banque qu’à partir du moment où celle-ci émet une proposition commerciale », explique Thomas Bostock, responsable du crédit professionnel chez Meilleurtaux. Lors de ce rendez-vous, le courtier pourra l’accompagner pour valider le dossier en détail. L’assurance emprunteur (invalidité, maladie, décès) est un point de vigilance mais pas aussi critique que sur le marché de l’immobilier. Dans le crédit professionnel, l’enjeu financier de l’assurance est moindre, les durées de financement étant plus courtes. Mais indépendamment des assurances personnelles, l’entrepreneur a la possibilité de faire appel à des organismes qui vont se porter garants en cas de difficulté de remboursement. Bpifrance et la Siagi (société de caution mutuelle pour les artisans et commerçants) jouent ce rôle de caution. Des garanties qui vont faciliter le feu vert des banques ».